Sarah Lavaud
piano

Sarah Lavaud fait partie de ces interprètes qui ressentent l’interprétation de chaque phrase, de chaque idée musicale comme un enjeu vital. Cette tension vers ce que Debussy appelait "la chair nue de l’émotion" s’exprime dans un jeu qui pourrait être presque ascétique s’il n’était en même temps brûlant, creusé par la passion. » (Jean-Claude Pennetier).

Née en 1982, Sarah Lavaud débute le piano à l'âge de 5 ans, le violon quatre ans plus tard. Admise à l'unanimité en 1998 au CNSM de Paris, où elle est formée par Bruno Rigutto, Nicholas Angelich, Christian Ivaldi et Michaël Levinas, elle y obtient son prix de piano mention TB (2001), ainsi que les prix de musique de chambre (2003) et d'analyse musicale, mention TB avec félicitations (2004) – discipline dans laquelle elle poursuit actuellement un cycle de recherche autour de l’œuvre pour piano de Leoš Janáček, qu’elle défend ardemment en tant qu’interprète depuis plusieurs années. Remarquée dès l’âge de 14 ans par François-René Duchâble, elle se perfectionne également auprès de Jean-Claude Pennetier, Rena Shereshevskaya, Hüseyin Sermet, György Kurtág, Livia Rev, Franco Scala et Maria Curcio.

Lauréate de nombreux concours internationaux (2° Prix au Concours Città di Pinerolo en Italie, Médaille à l'Unanimité au Concours Maria Canals de Barcelone, 3° Prix et Prix Spécial au Concours Francis Poulenc, Prix d'Encouragement au Concours Arthur Rubinstein à Tel-Aviv…), ainsi que de l’Académie Maurice Ravel (St-Jean-de-Luz) et de la Fondation Cziffra, elle se produit régulièrement en France (Salle Cortot, L'Archipel et Carnegie'Small à Paris, Amphithéâtre de l’Opéra National de Lyon, Festival de La Roque d'Anthéron, Piano en Valois à Angoulême, Lisztomanias de Châteauroux, Festival Chopin à Bagatelle, Festival Européen Jeunes Talents à Paris, Rencontres Internationales Chopin à Nohant, Festival Romantique Liszt en Provence, Festival du Vexin…) et à l’étranger: Espagne (Barcelone), Italie (Festivals Lediecigiornate di Brescia et Armonie Sotto la Rocca), Pays-Bas… Elle joue également aux côtés de partenaires renommés tels François-René Duchâble, Christian Ivaldi, Jean Mouillère – ainsi qu’en concerto avec diverses formations: Orchestre Symphonique Lyon-Villeurbanne (Beethoven, Gershwin), Orchestre Symphonique du Limousin (Poulenc), Orchestre Paul Valéry de Montpellier (Mozart)…

Son parcours retient l’attention de la presse spécialisée: après Pianiste (qui la sélectionne dans ses « Coups de cœur » en septembre 2003) et Classica (publication d’un CD Découverte en mai 2004), le magazine Diapason lui consacre plusieurs articles (rubrique A suivre de juillet-août 2006, dossier Spécial Piano / Jeunes Talents en juillet-août 2008) et lui témoigne sa confiance en la sollicitant pour un banc d’essai instrumental (2007). Invitée à plusieurs reprises sur France Musique (Sur tous les tons, Si j’ose dire, Dans la Cour des Grands), elle est également sélectionnée et filmée, en interview et en concert, par la chaîne nationale japonaise NHK dans le cadre de la réalisation d’une émission intitulée Graffiti de la Jeunesse (juin 2007).

En septembre 2008, au terme de longues pérégrinations estivales (Festival du Pays d’Ans en Périgord Noir, Rencontres de Musiciennes à Ouessant, festival Solistes aux Serres d’Auteuil, croisière musicale Symphonie en Mer en Méditerranée…), Sarah est lauréate de la Fondation Jean-Luc Lagardère, qui lui attribue une bourse pour l’enregistrement en première mondiale du Quintette pour piano et cordes de Charles Koechlin avec le Quatuor Antigone – un CD qui vient de paraître chez Ar Ré-Sé / Codaex. Parallèlement à une intense activité de concertiste qui la mène cette saison à Radio France (récital dans le cadre de la série Génération Jeunes Interprètes, enregistré par France Musique), au Festival Chopin à Paris, Salle Molière à Lyon, ou encore aux côtés du Quatuor Parisii pour un concert au profit de l’Association Coline en Ré, Sarah développe actuellement une série de projets autour de l’œuvre pour piano de Leoš Janáček (concert-conférence au Théâtre de Chartres, cycle de récitals à l'INHA…), vient également d’être invitée à donner une master-class dans le cadre des 6èmes Rencontres Pianistiques du Grand Alès – et gravera l’an prochain un second CD pour Ar Ré-Sé / Codaex, consacré à la compositrice britannique Rebecca Clarke (Trio pour violon, violoncelle et piano avec Amanda Favier et Ingrid Schoenlaub).