Guillaume Bellom
piano

Guillaume Bellom est en résidence à la Fondation Singer-Polignac depuis 2012.

Né en 1992, Guillaume Bellom débute conjointement l'étude du piano et du violon à l'âge de six ans au Conservatoire à rayonnement régional de Besançon. Il y obtient en 2008 ses prix de piano, de violon et de musique de chambre. En 2009, il est admis à l’unanimité au Conservatoire national supérieur de musique de Paris dans la classe de piano de Nicholas Angelich et Romano Pallottini et a également suivi les enseignements de Franck Braley, Marie-Françoise Bucquet, Dominique Merlet, Dany Rouet, Denis Pascal, Leon Fleisher ou encore Jean-Claude Pennetier . Il poursuit actuellement ses études de master dans la classe d'Hortense Cartier-Bresson.

Il remporte le concours de piano des jeunes musiciens à Besançon en 2008, grâce auquel il a joué avec l'orchestre philharmonique de Besançon dans le concerto de Grieg, puis l'année suivante dans le 1er concerto de Brahms. Il est notamment invité aux émissions de Phillipe Cassard et Arièle Butaux sur France Musique. En 2011, il est reçu à l’unanimité au concours d’entrée en violon du Conservatoire national supérieur de musique de Paris dans la classe de Roland Daugareil.

Son grand intérêt pour la musique de chambre le pousse à se produire au sein de diverses formations, notamment au festival de Pâques et à l'Août musical de Deauville. Il est membre fondateur du quatuor Abbegg, avec lequel il se produit notamment à Bruxelles et à Chambéry. Il est régulièrement invité à jouer à la Fondation Singer-Polignac où il est pianiste résident depuis 2012, à la Banque de France, au festival des claviers de Bel-Air à Chambéry, aux journées Ravel de Monfort l'Amaury, au festival Orgue en ville de Besançon ou encore au Printemps Musical de Saint-Côme. Il crée en février 2013 le trio Danse encore du pianiste et compositeur Jean-Frédéric Neuburger à la chapelle du Méjan à Arles, avec Amaury Coeytaux et Victor Julien-Laferrière.

Son premier disque, enregistré en compagnie du pianiste Ismaël Margain, et consacré aux œuvres de Schubert pour quatre mains, est paru sous le label Aparté. Il a été récompensé d'un ffff dans Télérama. Un deuxième disque à quatre mains, consacré aux œuvres de Mozart, paraîtra au printemps 2014.

Guillaume Bellom est né en 1992, il débute conjointement l’étude du piano et du violon à l’âge de six ans au Conservatoire à Rayonnement Régional (CRR) de Besançon. Il y obtient ses prix de piano, de violon et de musique de chambre. En 2009, il est admis à l’unanimité au Conservatoire national supérieur de musique de Paris (CNSMDP) dans la classe de piano de Nicholas Angelich et Romano Pallottini, et suit également les enseignements de Franck Braley, Marie-Françoise Bucquet, Dominique Merlet, Denis Pascal, Leon Fleisher ou encore Jean-Claude Pennetier. En 2011, il est reçu à l’unanimité au concours d’entrée en violon du CNSMDP dans la classe de Roland Daugareil et obtient sa licence deux ans plus tard. Il poursuit actuellement ses études de piano en master dans la classe d’Hortense Cartier-Bresson.

Il remporte le concours de piano des Jeunes musiciens à Besançon en 2008, grâce auquel il a joué avec l’Orchestre philharmonique de Besançon dans le Concerto pour piano de Grieg, puis l’année suivante dans le Premier concerto de Brahms.

Son grand intérêt pour la musique de chambre le pousse à se produire au sein de diverses formations, notamment au Festival de Pâques et à l’Août musical de Deauville. Il se produit entre autres au Théâtre des Champs-Élysées, au Festival des claviers de Bel-Air à Chambéry, aux Journées Ravel de Montfort l’Amaury, au festival « Orgue en ville » de Besançon, au festival « Les Alizés » à Essaouira, à Flagey (Bruxelles) ou encore au Printemps Musical de Saint-Côme. Il crée en février 2013 le Trio Danse encore du pianiste et compositeur Jean-Frédéric Neuburger à la chapelle du Méjan à Arles, avec Amaury Coeytaux et Victor Julien-Laferrière. En tant que violoniste, il est membre du Quatuor Abegg.

ll est, depuis 2012, pianiste résident à la fondation Singer-Polignac à Paris. On peut l’entendre dans les émissions de Philippe Cassard, Arièle Butaux, ou encore Gaëlle Le Gallic sur France Musique.